Le parfum des cendres de Marie Mangez

Le parfum des cendres de Marie Mangez

 

À découvrir sur Cultura.com

 

Sylvain Bragonard est un artiste, il aurait du être un Nez pour créer des parfum. La vie ou surtout la mort à eu un tout autre choix sur sa vie. Sylvain Bragonard est Thanatopracteur par le simple biais de senteurs  il arrive à cerner les personnalités, les désirs, les fantasmes des défunts. Il est solitaire certain le prenne pour un fou ou un malheureux marginal dans son labo d'embaumement. 

Sylvain Bragonard va devenir une curiosité pour Alice qui croque la vie sur les airs de sa playlist. Alice va nourir son sujet de thèse avec l'étrange métier de Sylvain. Elle sent qu'il cache quelque chose et cette curieuse impénitente veut percer le mystère.

 

Un roman qui explore notre existence avec les failles qui constitut la vie. Un premier roman rempli de délicatesse et d'humour parfois noir. 

 

Extrait :

La petite bouche ronde et encore charnue, séductrice, encadrée de plis amers que venaient contrebalancer, un peu plus loin, les deux fossettes rieuses. Et puis, au bout de ces doigts déformés par l’arthrose, ultime coquetterie, une dentelle de vernis écaillé... Groseille, oui. C’était bien ça. Cette fragrance piquante et fruitée. Une bille écarlate qui éclate en jus acide, très acide sous ses dehors pimpants, pas du genre à enrober le palais de douceur sucrée, la groseille, plutôt du genre à le picoter délicieusement  avec, de temps à autre, l’éclair d’amertume des minuscules grains qui cèdent sous la den

 

Cultura Auxerre
2 Réponses 2

Re: Le parfum des cendres de Marie Mangez

Un premier roman au sujet risqué, traité avec délicatesse, j'ai bien aimé !

Ma chronique ici

Re: Le parfum des cendres de Marie Mangez

Un roman qui m'a marquée. 

Mon avis :  

Ce roman mérite la prime de l'originalité. L'auteure a eu l'audace de mettre en scène un embaumeur et a réussi l'exploit de nous offrir un roman d'une absolue beauté, d'une grande poésie. Elle dépeint un artiste qui traite les corps avec respect et délicatesse, le roman est centré sur la personnalité et l'histoire de Sylvain, un homme raide et solitaire que la rencontre avec Alice, pétillante et curieuse, va libérer d'un secret qui lui pèse depuis des années. Ce roman n'est absolument pas sombre, les morts sur lesquels Sylvain exerce son art ne sont que des corps, l'auteure ne s'étale jamais sur leur vie, sur les circonstances de leur mort. Leurs familles ne sont évoquées que pour décrire leurs réactions reconnaissantes face au travail effectué par Sylvain. 

L'écriture est sensorielle et fluide, le ton est juste, la narration efficace nous met face à un secret complètement imprévisible. Il n'y a rien de macabre dans ce délicieux roman, il serait dommage que son sujet fasse fuir les lecteurs. Un premier roman audacieux et très bien maîtrisé.