Les Carnets du Calligraphe, collection Albin Michel

Les Carnets du Calligraphe, collection Albin Michel

Les Cahiers du Calligraphe.jpg

 

La collection « Les Carnets du Calligraphe », aux Éditions Albin Michel, est une série de recueils mêlant poésies et calligraphies du monde. Voici quatre recueils parmi mes préférés :

 

Poésie chinoise, présentation de François Cheng, calligraphies de Fabienne Verdier

L’éminent François Cheng a réuni pour ce recueil 24 poèmes de célèbres poètes chinois ayant vécu sous la dynastie Tang, qui correspond à l’âge d’or de la poésie classique chinoise. Les calligraphies cursives sur fonds colorés et vibrants de Fabienne Verdier, qui a passé dix ans en Chine pour parfaire son art, sont magnifiques de force et de contraste.

 

Le Sabre et le Pinceau, poèmes du Japon ancien, calligraphies du Maître Akeji

Traduits par Raymond Voyat, les poèmes de ce recueil sont des waka, dont le haïku dérive. Cette compilation présente des poèmes issus de recueils impériaux des VIIIe, Xe, et XIIIe siècles, des billets votifs conservés dans les sanctuaires shintô, et des enseignements de maîtres en arts martiaux. Ces textes sont accompagnés des calligraphies de Maître Akeji, dont les idéogrammes pleins de force explosent comme des éruptions d’énergie.

 

Poèmes zen de Maître Dogen, calligraphies de Hachiro Kanno

Maître Dogen est reconnu comme l’un des plus grands maîtres zen et fut à l’origine de l’introduction du zen Sôtô au Japon. Traduits par Jacques Brosse, les poèmes présentés ici combinent formules contemplatives, saisissantes ou paradoxales. Les peintures et calligraphies de Hachiro Kanno puisent tout autant dans son héritage oriental que dans des influences occidentales, illustrant les dualités plein et vide, ombre et lumière.

 

Poèmes tibétains de Shabkar, calligraphies de Jigmé Douche

Shabkar fut un célèbre ermite et yogi qui raconta « ses expériences contemplatives et ses voyages au travers du pays des neiges ». Traduits par Matthieu Ricard, ses écrits visent à « interpréter le monde extérieur comme un guide de la vie contemplative ». Pour ses calligraphies, Jigmé Douche s’appuie sur quatre formes d’écriture tibétaine, revisitées à sa façon en mêlant tradition et modernité.

Les dernières discussions
Tout afficher >

Les membres favoris du mois

Tout afficher >