Ma soeur, serial killeuse

Highlighted

Ma soeur, serial killeuse

Oyinkan Braithwaite 

 

 

Ma soeur, serial killeuse par Braithwaite

 

  • Broché : 240 pages
  • Éditeur : Delcourt Littérature (13 février 2019)
  • Langue :  Français
  • Traduction (Anglais) : Christine Barbaste

 

 

 

 

Ambiance nigériane pour ce récit singulier, qui, sur une ambiance générale légère et humoristique raconte une histoire sordide.

 

Korede est la narratrice. Infirmière dans un hôpital, elle est secrètement amoureuse d’un beau docteur, et confie ses pensées les plus intimes à un comateux. Elle lui parle beaucoup de sa soeur Ayoola, la belle Ayoola, qui fait tourner toutes les têtes masculines qu’elle croise, et dont les liaisons finissent toutes dans le sang…pas le sien, celui de ses amants.

 

Au coeur du roman, la relation entre les deux soeurs , rendue complexe par une histoire familiale dramatique, par les différences qui les opposent, (l’une est belle, l’autre non), par l’amour qui malgré tout les unit. Quels que soient les méfaits commis par Ayoola, Korede la protège, et tente de protéger également les victimes potentielles de sa folie meurtrière, pour s’entendre dire qu’elle agit par jalousie! 

 

 

Alors quand rit-on? Essentiellement à l’hôpital où les relations entre collègues sont à peine caricaturées. De la vente de chaussures bon marché aux rivalités pour un technicien de surface odorant, les situations drôles ne manquent pas. 

L’aveuglement de la mère qui veut caser ses filles à tout prix, avec une mauvaise foi étonnante, peut aussi prêter à sourire.

 

Un sujet grave sur un ton léger, sans doute pas le livre de l’été mais lu sans désagrément , en essayant de garder à l’esprit qu’il s’agit d’une écriture au second degré.

 

Prochainement adapté au cinéma.

 

Citations

 

Je parie que vous ne le saviez pas : l'eau de Javel masque l'odeur du sang. La plupart des gens utilisent l'eau de Javel sans discernement : ils présupposent que c'est un produit à tout faire, ils ne prennent jamais le temps de lire la liste des composants au dos du flacon, ni de venir inspecter le résultat. L'eau de Javel désinfectera mais pour éliminer les résidus, ce n'est pas génial : je m'en sers après avoir récuré la salle de bains de toutes traces de vie, et de mort.
 
*
 
Tade goûte une bouchée de gâteau. "C'est délicieux ! s'exclame-t-il. Qui l'a fait?
- Ayoola" s'empresse de répondre ma mère, en me décochant un regard lourd d'avertissement. Le mensonge est stupide. C'est un gâteau renversé à l'ananas, moelleux et fondant. Ayoola serait incapable de faire frire un oeuf, même si sa vie en dépendait. 
 
*
 
Mon corps est épuisé mais mon esprit fait des heures supplémentaires, il revisite le passé, échafaude des scénarios, anticipe. Les actes que ma soeur a commis me tourmentent plus qu'ils ne la tourmentent.
 

 

 

Cultura Chantepie
1 Réponse 1
Highlighted

Re: Ma soeur, serial killeuse

Bonjour @Kittiwake 

J'ai beaucoup aimé ce livre, qui change des traditionnels livres sur les tueurs en série.

Les rapports entre soeurs sont hilarants, sous un rapport un peu sado-maso, et bien que l'action se passe au Niger, on se retrouve un peu tous dans cette fratrie