Reine de Cendres - Erika Johansen

Reine de Cendres - Erika Johansen

 

« Rappelez-vous ceci, madame : vous n’êtes pas la seule à prendre des risques. Le sort de tout un royaume est en jeu. C’est un jeu dangereux, et vous feriez mieux de vous préparer à le perdre. » (p. 312)

 

« Je ne comprends pas votre fascination. Ces satanés livres ne servent à rien ; ça ne se mange pas, ça ne vous protège pas du danger. Mais manifestement, ils comptent pour vous plus que tout au monde. » (p. 383)

 

L’histoire, sorte de Game of thrones au féminin comme disent certains, est vraiment ultra prenante et pleine de rebondissements ! Malgré les quelques 600 pages, on ne s’ennuie pas, pas le temps !

Les divers rebondissements interviennent toujours au bon moment pour donner un nouveau souffle, un nouvel élan à l’intrigue. L’écriture est addictive, dynamique, énergique. Tout est fluide, la lecture est très agréable. Il n’y a aucun moment creux. Erika Johansen maîtrise vraiment son intrigue, son univers qui est complexe et complet, son écriture et ses personnages. Tout !
Les descriptions sont très bien faites, très bien intégrées au récit ce qui le rend pleinement immersif. Elles donnent au lecteur l’impression de faire partie du récit, de voir, de sentir ce que les personnages ressentent.
L’héroïne de notre histoire, qui n’en est pas vraiment une, n’est pas très belle… Ah ça !! On nous l’a répété, répété, rerépété et encore répété à presque tous les chapitre (tellement, que c’en est devenu lassant au bout d’un moment quand même…). Elle fait des erreurs aussi (comme tout le monde), n’a pas la science infuse (ce qu’elle admet sans honte). Kelsea est féministe, ne se laisse pas marcher sur les pieds et ose se rebeller pour défendre sa position, ses idées. Elle est prête à tout, même à mourir, non pas pour le pouvoir mais pour le bien-être de son peuple dont elle a maintenant la responsabilité. Erika Johansen nous montre par là toute l’humanité de Kelsea par rapport à la Reine de Mortmesne, sorte de sorcière sans cœur. Quan à Lazarus (Massue), le chef de la Garde de la Reine, c'est un personnage que j’ai énormément apprécié. Derrière son petit air bourru et renfrogné, c’est un vrai « papa poule », il n’a qu’une parole et protégera Kelsea jusqu’au bout... Le Fetch, voleur/vengeur, est un perso que j’ai trouvé quelque peu « cliché » (il sauve Kelsea et son groupe, n’est pas vilain garçon, et du coup… elle est sous son charme, mais il lui fait comprendre que lui n’est pas intéressé… bref…)… mais bon, je vais être sympa et dire que c’est malgré tout un personnage intéressant et charismatique. Concernant les parents adoptifs de Kelsea, Barthy et Carlin, je les ai trouvés tellement attachants, adorables, même si Carlin se veut stricte. Bref, je les ai beaucoup aimés.

J'ai adoré ce roman ! Les personnages sont forts et attachants, l’intrigue est prenante et la plume terriblement addictive !

 

Sarah - Libraire au Cultura La Teste

Gris
Cultura La Teste
Les dernières discussions
Tout afficher >

Les membres favoris du mois

Tout afficher >