Suzuran d'Aki Shimazaki

Suzuran d'Aki Shimazaki

Résumé : 

Dans une petite ville près de la mer du Japon, d’où l’on peut voir les sommets enneigés du mont Daisen, vit Anzu, une femme dans la trentaine qui élève seule son garçon.

Le mari d'Anzu est parti pour une autre, divorcée, indépendante, pourvue d’une douceur forte, elle semble imperméable à la cruauté du monde. Elle n'attend plus grand chose à l'amour. 

Le secret d'Anzu pour retrouvé le bonheur se trouve dans son art de la poterie, elle donne le nom de "Suzuran" à son dernier travail un vase, la Suzuran est une fleur délicate mais hélas toxique. 

Ces vases prêts à accueillir ces arrangements floraux appelés ikebana, qui signifie « art de vivre des fleurs ». Ce don semble la définir et l’armer contre les épreuves, les peines, les trahisons.

D'ailleurs sa soeur Kyôto, intelligente doit se mariè est Anzu doute de la sincérité de sa soeur. 

 

https://www.cultura.com/suzuran-9782330129460.html

 

Avis : 

Aki Shimazaki signe un premier tome d'une série Shimazaki remplis de faux-senblants avec des personnages envoûtants.  On y retrouve l'attachement aux symboles, aux signes, à la destinée.  Les détails de paysage, de la cuisine japonaise, des objets, des coutumes et de la culture du pays du soleil levant. Un savoureux mélange de poésie tragédie, sagesse et de suspense. Dans une atmosphère à la fois pudique et passionnée.

 

Extrait : 

Y-a-t-il quelque chose en moi qui suscite chez elle [la soeur aînée de la narratrice ] la jalousie, la colère, la vengeance ?
Puisque Kyôko était le premier bébé de maman après deux fausses couches, elle a été élevée avec énormément de soins et d'amour. Admirée, elle monopolisait l'attention de toute la famille. C'est ce que mes parents me répétaient. Sa beauté, son intelligence, son talent en langues, son dynamisme, sa popularité. Je n'ai rien de tout ça, seulement ma passion pour la poterie.