Tsiganes et Gitans – Hans Silvester / Jean-Paul Clébert

Tsiganes et Gitans – Hans Silvester / Jean-Paul Clébert

Hans Silvester est connu pour ses photos d’animaux et de nature. Depuis quelques années, il est même devenu le photographe des questions environnementales et des grandes causes écologiques. Cependant, il a aussi beaucoup photographié les peuples de par le monde : Europe, Asie, Afrique, Amérique du Sud. Ce grand reporter voyageur a beaucoup à montrer. Dans Tsiganes et Gitans, publié pour la première fois en 1974. On trouve les plus belles photos qu’il a prises entre 1957 et 1974 en suivant  les nomades du Pakistan à l’Amérique du Nord. Les photos sont magnifiques d’abord parce que Hans Silvester est un photographe génial qui sait saisir l’instant magique (ça fait cliché mais c’est vrai !), ensuite, parce que les modèles sont beaux. Les visages des vieux sont patinés par le soleil et le froid, les enfants ont les joues sales mais le regard brillant, espiègle façon canaille. Enfin, la vie est rendue à l’état brut : très dure pour ses peuples qui ont sacrifié le confort et la sécurité à une liberté totale, qui fait fi des conventions sociales et des frontières. La photo est l’âme de ce livre. Jean-Paul Clébert lui donne la parole. Au fil d’un texte d’une richesse rare dans un « livre de photo », il nous enseigne un peu les cultures Tsiganes. Qui sait vraiment faire la différence entre un Rom, un manouche et un Gitan ? D’où viennent ces peuples qui ont quitté depuis des siècles leur terre d’origine ? Quelles langues parlent-ils ? Comment vivent-ils ? Les réponses sont souvent surprenantes. On apprend que les Tsiganes sont originaires d’Inde et du Pakistan, que leur nom vient d’un mot Grec qui signifie « intouchable », que leur langue est proche du Sanscrit, et une foule d’autres choses qui nous permettent de toucher du doigt les fondements de la culture Tsigane au sens large. Pour une meilleure lecture, et pour ne pas tout mélanger et les mélanger tous, les chapitres sont classés par pays. Car « le fier gitan andalou ne veut point être confondu avec ses « montreurs de singes » et le non moins fier Manouche ne fréquentera pas la table où un « gratteur de guitare » se donne en spectacle ». On part d’inde bien sûr, la terre des origines, pour arriver en Amérique du Nord, la terre promise qui est aussi pour les nomades un pays de réussite sociale et de l’abondance. On comprend mieux au fil des pages les regards bienveillants que portent Jean-Paul Clébert et Hans Silvester sur ces peuples si souvent exclus, déconsidérés et méprisés de la majorité sédentaire. Bien qu’écrit au début des années 70, l’ouvrage est résolument moderne et trouve toute sa place dans l’actualité. A l’époque de la mondialisation, de la facilitation des échanges et des déplacements, les nomades font paradoxalement figure d’intolérable exception. Leur refus de se plier aux exigences de société de plus en plus normées les laisse systématiquement en marge, mal vus mais aussi enviés de garder leur culture, leur liberté et leur différence quel qu’en soit le prix. [gallery link="file"] Tsiganes et Gitans – Hans Silvester / Jean-Paul Clébert – Editions de La Martinière – 39.90€ - 9782732445120






910872.jpg