Une gifle de Marie Simon

Une gifle de Marie Simon

 
 
Un roman qui se lit d'une traite, le souffle retenu...
 
J’ai été complètement happée par cette histoire contemporaine et très actuelle sur les violences familiales et leurs répercussions à l'âge adulte. 
 
Deux portraits sont dressés avec beaucoup de discernement et avec une acuité implacable. 
 
Certains passages m'ont estomaqués par tant de beauté, de sentiments et de vérités dites. 
 
"Les enfants ne devraient jamais avoir à se protéger eux-mêmes, ni à attendre qu'on les secoure. Sinon, elle le sait bien, ils finissent toujours par s'agripper à n'importe qui, n'importe quoi. Ou ils se laissent glisser. Elle a lâché ce qu'elle tenait, elle glisse dans un tunnel tout noir." p.194
 
C'est un plongeon émotionnel où les sensations sont décuplées à travers les personnages, Antoine et Cloé, qui sont au bord de l'implosion.
 
C'est l'histoire de deux êtres à l'enfance malmenée, maltraités, humiliés, par les agissements et la violence des adultes. 
 
"Elle vomit, chaque repas, chaque injustice, chaque contrariété. Elle vomit deux à cinq fois par jour depuis quelques années déjà. Elle se déteste, mais de quoi ? Elle se dit que les gens ne savent pas, qu'ils ne sauront rien si elle ne dit rien. 
Qu'il faut tout abandonner derrière elle, repartir de zéro, de récréer sans rien dire. Pas besoin de parler, les terreurs sont assez éreintantes, et les croyances tenaces. Mais elle a tort : ils savent, ils peuvent sentir, repérer celle qui sait pas où elle est, celle qui tient le silence." p.77
 
C'est un livre sur les conséquences terribles à l'âge adulte de personnes ayant subi des blessures dans leur enfance.
 
Comment se reconstruire ?
 
Comment aimer après des traumatismes ? 
 
Que faire lorsque la violence refait surface ? 
 
Quand l'amour nous abime…
 
"Elle a laissé quelqu'un lever la main sur son fils sans le quitter tout de suite.  Cela n'arrivera plus jamais. Elle est partie. Et maintenant, les souvenirs vont affluer, qui vont lui dire le silence est tombé, le secret est ouvert, et qu'il est temps de purger la peur, parce qu'elle n'a rien évité. Maintenant, s'en libérer ou rien." p.203
 
Est-on obligé de reproduire son enfance ?  
 
↜↝↜↝↜
 
Une lecture qui permet de réfléchir sur ces violences au sein du cercle familial.
 
C'est aussi la parole des enfants mais aussi des adultes, ce qui en fait un ouvrage percutant.
 
Il n'est jamais moralisateur ni voyeur.
 
↜↝↜↝↜
 
Mais ne vous y trompez pas ! 
Ce n'est pas seulement un roman sur les violences, c'est aussi un très, très beau texte sur L'AMOUR.
 
Est-ce que l'amour suffit à tout réparer ?! 
 
Je vous laisse évidement le découvrir en lisant ce roman très réussi.