Une rose seule de Muriel Barbery

Highlighted

Une rose seule de Muriel Barbery

une-rose-seule-9782330139223_0.jpg

Une rose seule ⭐️⭐️⭐️⭐️

 

 Muriel Barbery

 

C’est à Kyoto que Muriel Barbery nous convie pour un voyage initiatique en compagnie de Rose. Le père qui lui a fait défaut tout au long de sa jeunesse, s’est manifesté après sa mort, la conviant au Japon pour l’exécution du testament. 

La jeune femme y fait la connaissance de l’associé belge de son père, négociant en oeuvres d’art. Celui-ci la guide dans la ville , de palais en temples et en jardins. Sur les traces de ce géniteur qui l’avait discrètement épiée, elle se fond peu à peu dans ce Japon mystique et policé dont on perçoit les limites aux sons des soirées arrosées et même dans le décor qui peut juxtaposer fils électriques hideux et jardins zen.

 

L’écriture est assez poétique, presque trop, avec des phrases dont l’esthétique cache le sens. 

 

Mais on prend plaisir à visiter les lieux prestigieux en compagnie de la jeune femme novice en matière d’art et de spiritualité nipponne.

 

C’est suffisamment court pour ne pas devenir ennuyeux.

 

 

Citations

 

 
 

On raconte que dans la Chine ancienne, sous la dynastie des Song du Nord, un prince faisait chaque année cultiver un carré de mille pivoines dont, à l’orée de l’été, les corolles ondulaient dans la brise. Durant six jours, assis sur le sol du pavillon de bois où il avait coutume d’admirer la lune, buvant de temps à autre une tasse de thé clair, il observait celles qu’il appelait ses filles. À l’aube et au couchant, il arpentait le carré. Au commencement du septième jour, il ordonnait le massacre 

 

                                                                      ***

 

À l'époque des samouraïs,  sur l'île de Sado, en mer du Japon, vivait un ermite qui, du matin au soir, regardait l'horizon. Il avait fait vœu de consacrer sa vie à cette contemplation, de s'y absorber tout entier, de connaître l'ivresse de n'être plus qu'une ligne entre la mer et le ciel. Cependant comme il se plaçait toujours derrière un pin qui empêchait qu'il eût une vue dégagée, on lui en demandait la raison et il répondait : Parce que je ne crains rien tant que de réussir.

 

                                                                    ***

 

— Je me représentais le Japon aseptisé, dit-elle, pas qu’on y sentait la friture.

— On n’est pas chez les protestants, dit-il, et je sais de quoi je parle. Le Japon est majoritairement un joyeux bordel.

— Pas chez lui, dit-elle, incapable de dire chez mon père.

— Majoritairement, répéta-t-il.

 

 Découvrir sur Cultura.com
Les dernières discussions
Tout afficher >