"Au bout du rêve"

"Au bout du rêve"

« Matthew Biscoe, avec ses yeux verts et ses longues dreads brunes... c'est le prince charmant, Catlin en est sûre. Depuis qu'elle sort avec lui, elle tient le premier rôle, comme dans un rêve. Matthew est vraiment différent : Catlin découvre un univers hors norme, qui lui permet d'oublier tout le reste. Sa sœur disparue, sa mère taciturne, sa vie terne. Alors, comment faire marche arrière quand leur relation devient plus difficile à vivre que « tout le reste » ? »

Autant le dire tout de suite, c’est le premier livre de cette auteure que j’ai commencé aujourd’hui. 
Pourquoi ?
Les couvertures trop « girly » les résumés à l’eau de rose…
Même celui-ci…prince charmant, oublier tout, les yeux verts…
Aujourd’hui j’ai fait un long trajet en train, j’avais besoin d’un livre qui repose, j’avais celui- là sous la main.
Je me suis dit, si je dors ce n’est pas grave.

Bon, je n’ai pas fermé l’œil.
Je lisais encore et encore, il n’était pas fini à l’arrivée, je continuais en arrivant chez moi.

Je ne sais pas encore si les autres titres de Sarah Dessen sont aussi percutants, je le découvrirais surement bientôt, mais là…
Catlin se réveille un matin comme un autre, enfin, si on veut.
C’est le jour de son anniversaire et sa sœur, Cass, est partie de la maison familiale.

Cass, la sœur, c’est la fille parfaite, celle que tout le monde adulait, celle qui avait les meilleurs résultats partout, celle qui occupait la plus grande place dans la vie de leur mère…Catlin gère cette situation comme elle peut, fait semblant, résiste.
Elle fait connaissance de Matthew, un garçon plein de charme, évasif, mystérieux, intelligent et qui semble écorché par la vie…
Catlin se sent importante, choisie, aimée, malgré les activités plutôt illégales de Matthew.
Une relation amoureuse s’installe, au début tout à fait anodine…
Le conte des fées ne dure pas longtemps, Catlin goute aux joies de fumer (pas seulement des cigarettes). 
Ensuite la relation entre deux jeunes dérape, la violence s’installe, Catlin s’y perd et ne trouve pas d’issue.
Une lente descente dans la douleur, dans l’humiliation, cachée à tous et surtout à ses amis et la famille.  
Un roman qui fait mal, qui interpelle, qui fait réfléchir.
Une belle découverte pour moi, qui croyait que Sarah Dessen, c’était Harlequin pour les ados…   



au_bout_du_reve_dessen.jpg
Balises (4)
Les dernières discussions
Tout afficher >