Mathieu Miale présente son premier roman La Mélodie du mensonge
LeaCultura
Community Manager

Bonjour, un grand merci à tous pour votre participation !

Voici nos chanceux ! 

 

Bravo à @sarasvati033 @manihi @khrisse94 

 

Merci de faire parvenir à @maelle-cultura votre prénom pour la dédicace ainsi que vos coordonnées complètes via la messagerie privée : nom - prénom - adresse postale - téléphone - mail afin de pouvoir vous envoyer vos lots.

 

Bonne journée !

************************************************************************************************************

Interview Mathieu Miale.png

 

 

Nuit blanche en perspective avec le premier roman de Mathieu Miale : La mélodie du mensonge.
@MathieuMiale est chef de secteur au magasin de Liège en Belgique et passionné par la lecture et l'écriture depuis son plus jeune âge. Son premier roman, sorti en juin dernier aux éditions Mercileslivres est un polar haletant qui embarque le lecteur au cœur d'une enquête dans le campus étudiant d’une petite ville américaine. 
Mathieu a accepté de répondre à nos questions. Découvrez son interview. 
 
Un petit conseil : lisez bien l'interview jusqu'à la dernière ligne si vous souhaitez gagnez un exemplaire dédicacé de Mathieu...
 
 
Bonjour Mathieu, et félicitations pour ce premier roman. Pour commencer, peux-tu te présenter en quelques mots : d’où es-tu originaire, quel est ton parcours… ?
Tout d’abord, merci ! Je suis très heureux de vous parler de mon premier roman. J’ai 32 ans et je suis originaire de la région Lorraine dans le Grand Est. J’ai un parcours qui ne me destinait pas spécialement à devenir auteur. J’ai toujours été passionné par la lecture et l’écriture grâce à ma mère qui m’a transmis sa passion, mais je n’avais jamais eu l’ambition de me lancer dans un projet aussi important. Je suis diplômé d’un master universitaire en marketing, ce qui est assez éloigné du monde littéraire. Malgré tout, le livre n’est jamais très loin de moi, étant donné que je travaille chez Cultura depuis 5 ans.

Tu es l’auteur de La mélodie du mensonge, ton premier roman. Peux-tu nous présenter ton livre ?
Je vais essayer de ne pas paraphraser ma quatrième de couverture. La mélodie du mensonge, c’est avant tout l’envie d’écrire une fiction pour la fiction. On peut identifier tout au long du roman certaines de mes idéologies, quelques sujets qui me sont chers, mais ce que je souhaitais vraiment, c’était écrire une histoire que le lecteur ne lâche pas, où il se retrouve à adorer ou à détester les personnes. Pour faire simple, qu’il ressente une émotion. On peut classer mon roman dans le registre du thriller ou de l’enquête policière. Ce registre répond à des codes, mais j’ai essayé de sortir mes personnages de leur rôle trop manichéen qu’ils peuvent parfois jouer. Entre le noir et le blanc, je préfère le gris. Une part d’ombre et de lumière est présente en chacun de nous et c’est une chose que j’ai essayé de faire ressortir dans le caractère des personnages, qu’ils soient considérés comme « gentils » ou « méchants ». Ils ont souvent vécu une histoire mouvementée ou ont expérimenté des moments tragiques qui laissent des traces pour le reste de leur vie. L’intrigue se déroule dans une ville fictive des États-Unis, en Californie. Meurtres d’étudiants. Une enquête qui patauge. Des drames qui s’enchaînent et une résolution d’affaire qui tarde à venir.
 
Pourquoi avoir choisi le polar ?
Le polar permet à la fois de suivre une enquête policière, mais aussi de creuser des personnages torturés, tordus, atypiques. Les États-Unis me fascinent et sont un terrain de jeu extraordinaire pour compter des histoires réalistes et incroyables. Le pays où tout est possible, où passer du rêve au cauchemar est si rapide. Le polar, également, est un genre très large, mais s’il existe de nombreux sous-genres, je me plais dans une de ses branches les plus sombres, celle où les individus sont touchés au plus profond de leur esprit et dans leur chair.
 
Comment en es-tu venu à travailler avec les éditions Mercileslivres pour la publication de ton livre ?
Mercileslivres travaille en étroite collaboration avec Cultura. J’ai donc pu être mis assez facilement en contact avec les équipes de MLL qui, après lecture de mon manuscrit, ont décidé d’aller plus loin et me proposer une publication.
 
Comment s’est passée l’écriture de ton livre ? As-tu des petits rituels d’écriture ?
L’écriture d’un roman, c’est avant tout une question de fréquence. S’il existe une petite part de talent en chacun de nous, le travail est la clé. Plus on écrit, plus on s’améliore. Pour rester concentré dans l’écriture, il est important de le faire souvent, tous les jours si c’est possible. Parfois, seulement quelques phrases sortiront et à d’autres moments, les chapitres vont se poser sur le papier à une vitesse folle. La régularité est un atout, même quand la motivation n’est pas présente ou que la fatigue nous gagne !

Peux-tu nous parler de ta passion pour la littérature et l’écriture ?
Elle est présente depuis que je suis tout petit. J’ai beaucoup lu lorsque j’étais enfant avant de mettre cette passion de côté à l’adolescence. J’écris à nouveau depuis de nombreuses années. C’est à la fois un plaisir d’inventer des histoires, d’imaginer un personnage vivre tout un tas d’aventures, mais c’est aussi un moyen extraordinaire pour sortir du quotidien, voyager et se vider la tête.
 
Quelles sont tes principales inspirations ?
Même si je lis plus de polars que tout autre genre littéraire, je touche à tout. Les auteurs qui savent me garder en haleine me fascinent. K. Dick, Ellroy, King, Thilliez, Lemaitre, Giebel, etc. Ils sont très nombreux. Pour autant, j’aime élargir au maximum ma palette de lectures. Souvent, si j’ai le choix entre lire un roman d’un auteur que j’apprécie ou celui d’une nouvelle plume ou un grand nom que je n’ai pas encore eu l’occasion de découvrir, je me tourne vers l’inconnu ! Je me nourris aussi du cinéma pour écrire.

Quels conseils pourrais-tu donner à tous ceux qui aimeraient écrire, mais n’osent pas se lancer ?
Éviter de se mettre la pression. L’écriture doit être un plaisir, surtout lorsque ce n’est pas notre métier. Être curieux, lire beaucoup pour élargir ses connaissances et se nourrir de différents genres. Ne pas se forcer et se mettre en tête de vouloir écrire un livre par exemple. Dans un premier temps, écrire de petites histoires, des scènes, puis les retravailler, changer de temps, ajouter un autre personnage, et petit à petit, glisser vers une histoire de plus en plus
complexe, trouver sa voie ! Je me répète, mais pas de pression. Le temps et l’expérience vont faire leur œuvre. Ce n’est pas facile, mais il est important de prendre du recul sur ce que nous écrivons et lorsque tu demandes à être relu, accepter toutes les critiques constructives qui font grandir.
 
Pour finir, as-tu un coup de cœur à recommander à la communauté CulturaLivres ?
Plus fort qu’un coup de cœur, je vais en donner trois. Mes trois romans préférés. Ubik de Philip K. Dick, Vertige de Frank Thilliez et Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu.
 
 
77_9782383551911_1_75.jpg
La mélodie du mensonge de Mathieu Miale
Résumé : Ponsville est une paisible ville californienne où il fait bon vivre. Alors que l’été bat son plein, un premier meurtre secoue la communauté. Un jeune homme sauvagement poignardé est retrouvé baignant dans une mare de sang au milieu d’un terrain de basket-ball. L’université de la ville, habituellement sans histoires, devient alors le théâtre d’une série de meurtres violents, dont toutes les victimes sont des étudiants, sans similitudes apparentes. Le tueur, sadique et méthodique, ne laisse que peu d’indices derrière lui. 
Le lieutenant Dwayne McPherson, déjà tourmenté par un drame familial, est chargé de l’enquête. Accompagné d’une équipe d’enquêteurs chevronnés, il s’enfonce dans une affaire sordide où il peine à rassembler des indices et semble courir après une ombre. 
Quelles sombres motivations expliqueraient un tel acharnement de la part du « tueur du campus » ? Comment se protéger d’un meurtrier aussi imprévisible qu’insaisissable ?
 
Concours
Vous souhaitez découvrir le roman de @MathieuMiale ? Ca tombe bien car j'ai 3 exemplaires dédicacés à gagner !

Tentez de remporter un exemplaire dédicacé de La Mélodie du mensonge en commentant cet article. 

3 gagnants seront tirés au sort le 24/08 et le livre sera envoyé courant du mois de septembre. 
23 Commentaires