Le garçon de Marcus MALTE

‎10-11-2020 17:17

Le garçon de Marcus MALTE

Lorsqu’il perd sa mère en 1908, le laissant seul dans une cabane du Sud de la France, le Garçon prend la route parce qu’il n’a pas d’autre alternative.

 

Muet de naissance, il erre des jours entiers sans croiser âme qui vive et se terre partout où il peut ne pas se faire voir. Mais il finit par rencontrer les siens, les Hommes, qu’il n’a jamais vus et c’est le début d’une grande aventure qu’il vivra avec toute l’intensité et l’authenticité dont il est fait.

Partout où il passe, il est aimé et craint à la fois. Il travaille pour se nourrir dans un village de montagne,  accompagne sur sa route Brabeck « l’Ogre de Carpates », un lutteur de foire qui lui apprend à côtoyer les autres, rencontre Emma et son père, qui l’aimeront comme un fils, un frère et un amant, puis il s’enrôle pour la guerre en 1914 et finit par être déporté au bagne de Cayenne en 1921.

Dans sa tête les gens portent le nom de l’animal ou de la plante auquel ils ressemblent et tous l’adoptent comme l’un des leurs. Emma le nomme Felix Mazeppa mais il ne saura jamais dire ce nom, ni le lire ou l’écrire.

Il va connaître la grande amitié, le plus beau des amours, la solidarité avec ses compagnons de guerre, les douleurs du corps blessé ou malade et il supportera les pires contraintes sans rechigner. Et dans cette explosion de sensations, la musique s’avérera l’émouvoir au plus profond de son être.

Ponctué par les grands et les petits évènements de l’Histoire, l’auteur nous entraîne dans le périple de cet étrange Garçon que l’on croit parfois comprendre mais qui nous fait souvent douter d’être passé à côté d’un être exceptionnel.

Marcus MALTE est un génie de l’écriture et ce roman, chef d’œuvre d’émotions, est une explosion de sensualité et de violence mêlées. Malgré quelques longueurs et des énumérations un peu fastidieuses qui sont vite oubliées tant l’histoire est captivante, j’ai été saisie par le rayonnement de ce Garçon, capable de déchaîner les passions et de dépasser les conflits.

J’ai vibré d’amour et de peine, de douleur et d’empathie pour ce personnage  secret qui restera un mystère dans mon esprit et un souvenir lumineux dans ma mémoire.

Grandiose !

Le prix Fémina 2016 est attribué à Marcus Malte pour Le garçon 

8 Réponses 8
‎11-11-2020 00:49

Re: Le garçon de Marcus MALTE

Merci @IsaPouteau pour votre intéressante critique qui donne envie de découvrir cet auteur et ce roman en particulier.

‎11-11-2020 01:03

Re: Le garçon de Marcus MALTE

@IsaPouteau je rejoins l’avis de @dvall   
Votre description nous donne l’envie de lire. Il y transpire l’émotion et le coup de cœur. Le genre de roman dont on se dit qu’il au moins l’avoir lu une fois dans sa vie. Je pense l’ajouter à ma PAL 😉

‎11-11-2020 08:19

Re: Le garçon de Marcus MALTE

Merci @brotinmarie et @dvall J'espère que vous l'aimerez autant que moi.

‎26-12-2020 19:19

Le garçon, de Marcus Malte

Le garçon.jpg

 

L’histoire du garçon débute à la fin des années 1900, alors que sa mère meurt et qu’il doit apprendre à vivre par lui-même dans le monde des Hommes dont il ne connaît rien. Le garçon ne parle pas. Il ne parlera jamais, mais il verra le monde et ses semblables, découvrira tout autant leur attachement que leur folie. Un temps hébergé dans un hameau où il travaille pour sa pitance tout en se confrontant à l’étrangeté des Hommes, un temps ami de l’ogre des Carpates, lutteur itinérant au grand cœur vieillissant, il finira par être recueilli dans une famille bourgeoise composée d’un père, éminent arboriculteur et veuf éploré, et de sa fille aussi indomptée que séduisante. Le garçon devient frère puis amant. C’est alors une vie lumineuse emplie de lettres et de musique, de sentiments nouveaux et éclatants, d’un bonheur trop irradiant pour couler éternellement. Car la menace gronde et l’Histoire en branle sépare tout autant qu’elle broie.

 

La prose sensuelle de Marcus Malte est admirable de poésie et de noirceur, entraînant le lecteur dans un maëlstrom de sentiments écartelés entre les plaisirs licencieux et les horreurs des conflits. Sa langue dévale entre les pages comme un torrent inarrêtable, tantôt lascif tantôt caracolant, impétueux et fascinant. L’auteur se perd parfois dans l’exercice de style, et il est frustrant que les pensées du garçon nous restent tout autant impénétrables que sa parole est inexistante. Mais le garçon n’est finalement qu’un orphelin de son temps, témoin le plus souvent passif des événements qui le portent et le malmènent. Les rouages de ses comportements restent cachés du regard, tout comme la mécanique qui fait le destin des Hommes. Un roman d’une rare puissance évocatrice, une langue trempée dans la sève des amants et le sang des soldats. Une lecture qui grésille dans le ventre et frappe violemment à la poitrine.

‎26-12-2020 19:23

Re: Le garçon, de Marcus Malte

Encore merci à @IsaPouteau pour la découverte de ce roman admirable et de cet auteur vers lequel je reviendrai assurément. Alors si vous avez un autre roman à me conseiller de Marcus Malte, je suis tout ouïe !

‎27-12-2020 08:33

Re: Le garçon, de Marcus Malte

Je suis heureuse que ce roman vous ait plu autant qu'à moi @dvall . Je n'ai rien lu d'autre de Marcus Malte mais j'ai vu qu'il avait eu plus de 10 prix pour Garden of love en 2007. Cela vaut certainement le coup d'essayer.

Bonnes fêtes de fin d'année.

‎19-01-2021 14:02

Re: Le garçon, de Marcus Malte

Bonjour @dvall ! Merci pour ce coup de cœur ! Il existe déjà un avis sur le forum à propos de ce livre. Je me permets donc de déplacer le vôtre sous celui déjà existant afin que les lecteurs puissent profiter de vos deux avis. Smiley heureux A très vite

‎29-04-2021 09:55

Re: Le garçon, de Marcus Malte

@dvall Très belle chronique !

Les dernières discussions
Tout afficher >

Les membres favoris du mois

Tout afficher >