Petit-Breton Gentleman cycliste David Guenel Publishroom Factory 2020

‎06-12-2021 17:26

Petit-Breton Gentleman cycliste David Guenel Publishroom Factory 2020

B50592E7-E256-4045-ADFC-16E77B9C33CE.jpeg

David Guenel nous conduit dans les pas d’un des premiers géants de la route. En 1890 Lucien Mazan rejoint ses parents qui se sont installés en Argentine. Studieux, bien éduqué et amoureux de la lecture, il trouve un travail de messager au Jockey club de Buenos Aires. Son employeur lui procure une bicyclette, sa vie en est bouleversée, c’est pour lui « une révélation » Il roule pendant des heures dans la pampa argentine et souhaite participer à des courses, mais son père s’y oppose. Il achète donc un vélo en cachette et choisit le pseudonyme de Petit Breton pour s’inscrire à différentes courses. Il gagne plusieurs compétitions  en amateur sur le vélodrome de Buenos Aires et trouve un travail chez le concessionnaire Peugeot d’ Argentine. Après  des victoires chez les professionnels, son père change d’avis’et accepte de le laisser partir se perfectionner en France.

En France, il se spécialise d’abord dans les courses de vitesse, et fréquente assidûment le Vélodrome Buffalo, mais il a des difficultés pour s’imposer car il ne parvient pas à réfréner ses ardeurs, il attaque sans cesse. Lucien participe à Bordeaux-Paris, aux 6 jours du Madison square  Garden  de New-York à Paris-Roubaix et remporte sa 1ère victoire en 1904 au bol d’or. Il va choisir finalement les courses sur route. Il participe  à 7 Tours de France et remporte 2 victoires en 1907 et 1908. Comment expliquer ses succès ? Il prend conscience de ses forces et de ses faiblesses, c’est un puncheur, imbattable dans les courtes bosses qui s’accommode du vent. Il produit des démarrages foudroyants mais n’a pas les qualités des  grands grimpeurs de son époque comme Garrigou ou Lapize. Il évite aussi le surentraînement qui lui a joué des tours et adopte un bonne hygiène de vie. Lucien devient aussi le pionnier de la reconnaissance des parcours enfin mécanicien  hors pair ,il passe des heures à démonter et remonter son vélo afin de le réparer le plus rapidement possible en course.

Mais en 1914 il est mobilisé comme chauffeur, et malheureusement décède en 1917 suite à un accident causé par une charrette.

L’ouvrage de David Guenel est aussi très riche en anecdotes, nous croisons la route des nombreux champions de l’époque Aucouturier, Georget, Lapize, René Pottier, Tousselier, Eugène Christophe …etc. Nous découvrons les origines de la bicyclette et son évolution.Nous vivons avec les coureurs les étapes du Tour, des départ à 3 heures du matin, des arrivées dans la nuit, des clous répandus sur les routes, les «pédards » qui gênent les champions, les chutes, les bicyclettes fracassées, des mésaventures mémorables comme celle qu’a vécu Eugène Christophe  lors  du Tour 1913.  Nous revivons l’atmosphère des 6 jours de Paris organisées au Vél’d’Hiv rue Nélaton. Les spectateurs s’y pressaient chaque année pour applaudir les champions, on y apportait le pique nique, on pouvait écouter aussi les chanteurs de l’époque, un vrai événement populaire. C’est donc un livre que je conseille aux amateurs de la petite reine mais aussi aux amoureux de la Belle Époque.

2 Réponses 2
‎07-12-2021 11:41

Re: Petit-Breton Gentleman cycliste David Guenel Publishroom Factory 2020

Merci pour votre avis @Herodote480, je vois que vous êtes passionné de cyclisme si je ne me trompe. Smiley heureux

‎07-12-2021 15:15

Re: Petit-Breton Gentleman cycliste David Guenel Publishroom Factory 2020

Les grands  champions  cyclistes me fascinent, mais c’est aussi le spectacle préféré des français de cette époque. Un loisir populaire, plébiscité par des millions de français, les grandes courses cyclistes occupent la place que prend le football aujourd’hui.