Extra ordinaire

Il était une fois, un petit garçon ordinaire qui vivait parmi des habitants extraordinaires, au sein d’un charmant village niché au creux d’une dense forêt de pins. 

 

Assis sur le banc dans la cour de récréation, ses boucles rousses relevées par le vent, il regardait ses camarades jouer avec la neige généreusement déposée pendant la nuit par dame hiver. Louisa faisait léviter les boules de neige en direction de Momo qui les évitait grâce à sa super vitesse; Robin construisait un bonhomme de neige surdimensionné à l’aide de sa force surdéveloppée; quant à Titia, semblant surfer sur le vent, elle volait jusqu’à la cime des pins pour en décrocher de drôles de stalactites qui s’étaient formées sur les branches des arbres.

 

Quand Titia aperçut le petit garçon dans la cour, elle redescendit sur le sol gadouilleux et s’assit à côté de lui.

- Bonjour, entama-t-elle

- Bonjour, lui répondit-il poliment.

- Je t’ai déjà vu dans la classe d’à côté. Dis-moi, quel pouvoir as-tu?

 

Le petit garçon baissa la tête, ses yeux ambrés emplis de tristesse.

- Je n’en ai aucun.

 

En gage d’amitié, et dans l’espoir de lui redonner le sourire, la petite fille lui tendit une des stalactites qu’elle avait cueillies un peu plus tôt. Il prit le morceau de glace et releva la tête brusquement. 

- Waa! On dirait un bateau de glace!

Recréant le mouvement des vagues, il tendit l’objet vers le ciel rougeoyant.

Il poursuivit:

- Sur ce célèbre bateau de glace millénaire, des chasseurs de trésors naviguent à travers les mers houleuses. Brutalement, un féroce dragon sort du ciel et crache des flammes brûlantes qui menacent le navire…

 

Titia rit, interrompant le garçon qui l’interrogea du regard.

-Tu as bel et bien un pouvoir, dit-elle enjouée. Certes, c’est un pouvoir ordinaire, mais il est sans limite et permet de créer l'extraordinaire. Ma maman m’en a parlé une fois. Il s’agit du pouvoir de l’imagination.

 

Sur le visage du petit garçon émergea un sourire grand comme le monde. 

Commentaires

très joli comte - on est pratiquement dans le féérique ! c'est beau de nos jours ! 

cricri