Interview Jean-Michel AUDOUAL, auteur auto-édité.
Community Manager

Bonjour la communauté, 

 

portrait2.jpgCopyright : Frédéric Riolon.J'ai le plaisir de partager avec vous aujourd'hui l'interview de Jean-Michel AUDOUAL, auteur auto-édité via la plateforme Librinova dans le cadre d'un partenariat avec Cultura. Son livre "Bouches cousues" (disponible en ebook sur Cultura.com) a été très remarqué et apprécié par tous les lecteurs du comité de lecture, comme nous l'indique @eric_cultura dans son article coup de coeur autour du roman Bouches Cousues

 

Il a eu la gentillesse de répondre à mes questions et je l'en remercie. 

 

Pouvez-vous nous parler un peu de vous, et de votre vocation pour l’enseignement du français en collège puis lycée ?

J'enseigne le français depuis 23 ans. J'ai passé une quinzaine d'années au collège. Depuis presque dix ans, j'enseigne exclusivement en lycée, à Angoulême. En 2000, on m'a confié la responsabilité d'une classe d'intégration d'enfants précoces. J'ai beaucoup appris au contact de ces enfants différents. Il a fallu que je renouvelle ma pédagogie, que je m'adapte à leurs spécificités, à leurs forces et à leurs faiblesses. C'est une de mes missions actuelles, mais j'enseigne également dans des classes où les niveaux sont hétérogènes. La pédagogie est pour moi l'aspect fondamental de l'enseignement. Il faut, à mon sens, que les enseignants  se remettent en cause, en permanence. Rien n'est jamais gagné. Nous travaillons pour le collectif mais nous ne devons jamais perdre de vue les individualités. Cela réclame une acuité accrue et beaucoup de patience.

 

D’où vous est venue l’idée de la thématique de votre roman Bouches Cousues : le point de vue d’une petite fille sur le sujet des violences familiales et conjugales ? 

Je ne sais jamais ce que je vais écrire. Je commence par une phrase et je déroule un fil que je ne connais pas. Peu à peu, je construis une histoire. Je laisse mon imagination faire le reste. je n'ai aucun plan, aucune grille. Je note juste le nom de mes personnages qui apparaissent peu à peu comme des décalcomanies. Je suis parfois surpris par ce que j'écris mais au fond de moi, je sais que ce sont des sujets qui me touchent, qui campent sagement ou pas, dans mon inconscient. Ensuite, je fais le bilan. La violence psychologique est un des thèmes que je voulais aborder parce qu'elle est partout autour de nous et à tous les niveaux. Dans Bouches cousues, j'évoque aussi l'homosexualité, l'autisme, l'adoption, le divorce. Des sujets d'actualité et parfois intemporels.

 

Quel est le message que vous souhaitez transmettre sur ce sujet ?

Le message que je veux faire passer est que nous devons nous ouvrir au monde et aux autres. La différence est une force, jamais un handicap. Je pense que nous devons combattre tout type de violence, en particuier les violences tues, celles qui se lisent dans les yeux des enfants. Et pour cela, il faut une capacité de discernement, une sorte de sixième sens. Un enseignant n'est pas seulement celui qui transmet un savoir. Il doit éclairer les esprits et parfois montrer la voie.

 

Que pensez-vous de l’autoédition et du partenariat Librinova/Cultura ?

J'ai opté pour l'auto-édition car j'ai été déçu par des petites maisons d'édition qui n'avaient pas les moyens de donner de la visibilté à mes romans. J'attends une belle maison d'édition qui saura m'accompagner. J'ai été contacté par un agent littéraire de la plateforme Librinova et le contact que j'ai eu avec Madame Andrea Field a été très positif et constructif. De plus, j'ai eu la chance d'être le coup de coeur de Cultura par le biais d' @eric_cultura  qui a écrit une chronique très élogieuse sur Bouches cousues. Les planètes semblent s'aligner... Mon ouvrage est en cours de lecture dans plusieurs maisons d'édition dont  : Le Seuil, Albin Michel, Flammarion...

 

Quelle est votre plus belle lecture de l’année 2019 ?  

Je suis un inconditionnel de Grégoire Delacourt avec qui j'entretiens une correspondance. Je lui ai offert : Une taille au-dessus, un ouvrage que j'ai écrit avant Bouches cousues, qui parle de la discrimination des personnes en surpoids. Son dernier ouvrage : Mon père est un véritable coup de poing et tour de force pour aborder un sujet éminemment délicat. Je retiens également l'ouvrage de Delphine de Vigan intitulé : Les gratitudes, très bien écrit sur un sujet sensible et l'archipel du chien de Phillipe Claudel qui est, à mes yeux, un des auteurs les plus talentueux de ces dernières années.

 

Une prochaine actualité littéraire à nous partager ?

J'ai toujours écrit et ce, depuis mon plus jeune âge. J'ai dans mes tiroirs des manuscrits plus ou moins aboutis. En ce moment, j'écris des portraits de femmes, vous pourrez découvrir l'un d'eux en pièce jointe : Capucine.

Cela vous donnera une idée de ce projet. Il s'agit d'un plaidoyer pour toutes les femmes qui mènent plusieurs vies, avec beaucoup de dignité. Je parle de toutes les femmes en essayant de leur rendre hommage, à mon petit niveau. Au fil de l'écriture mon écriture a épousé des formes poétiques assez inattendues. Comme je vous le disais, je ne sais jamais où m'emmènera l'écriture si ce n'est vers le plaisir simple des mots ! Mon ouvrage devrait s'intituler : "Essences de femmes" mais c'est un secret... Clin d'œil de chat

 

Un grand merci à Jean-Michel Audoual d'avoir joué le jeu de l'interview pour CulturaLivres ! 

Retrouvez Bouches cousues sur Cultura.com !